Aller au contenu

PORTRAIT : Quand la flûte chante, rencontre avec Soisic Adam

 Bonjour Soisic,

Tu es élève dans la classe de flûte d’Anne-Sophie Neves au Conservatoire Mozart-Centre et j’ai eu le plaisir de faire ta connaissance lors d’un concert de la classe que j’accompagnais au piano. Tu vas présenter  ton récital de C.E.M (Certificat d’Etudes Musicales) le 10 juin, comment se passe la préparation?

©gwenaellecochevelou

J’ai la chance d’être super bien accompagnée avec une grande liberté dans le choix des oeuvres et une grande malléabilité des agendas! Les pièces en musique de chambre sont vraiment les plus motivantes ! Je suis entourée de musiciennes (car oui, mon équipe est 100% féminine) de grand talent et cela pousse à chercher musicalement encore plus et donne confiance pour le résultat final

Voudrais-tu nous parler de ton programme, et comment l’avez vous imaginé ta professeure?

J’ai choisi de créer un programme autour du chant et de l’opéra! J’ai fait de nombreuses années en tant que choriste alors je tenais vraiment à cette thématique ! La pièce qui a un peu donné le thème, c’est la fantaisie brillante sur Carmen de Borne, aussi difficile que magnifique donc un vrai challenge pour moi. Puis l’idée d’une pièce avec chanteuse est arrivée assez naturellement, et Soir Païen de Gaubert est venu compléter le tableau. Musicalement, le post-romantisme est vraiment une de mes époques favorites ! Pour mixer les siècles, Handel ouvrira le récital avec La Reine de Saba. Cette image magistrale sert vraiment d’ouverture dans mon programme comme dans un opéra !  

Magnifique programme, et qui me parle!

    Voudrais tu nous parler de ce que tu fais en dehors du conservatoire ?

     Je suis conservatrice des bibliothèques ! Après autant d’années au conservatoire, travailler dans le  champ culturel était dans la continuité naturelle. Sans être moi même interprète ou musicienne professionnelle, je participe à faire vivre certains des plus beaux écrins susceptible de l’accueillir !  

 Revenons à la flûte, à quel âge as tu commencé cet instrument, et pourquoi l’as tu choisi, veux tu nous raconter un peu ?

J’ai commencé la flûte à 6 ans ! C’est toujours drôle de se dire que cela fait 20 ans que je fréquente les couloirs des conservatoires ! Pourtant la flûte n’était pas mon premier choix : je voulais être harpiste ! Malheureusement, j’habitais une petite ville au coeur de la Bourgogne et l’école de musique ne proposait pas cet instrument ! Je me suis alors rabattue sur la flûte et je ne l’ai jamais quitté ! La petite particularité c’est que je n’ai pas vraiment commencé par la flûte mais le piccolo, et j’ai encore aujourd’hui un attachement tout particulier quand il m’arrive d’en rejouer à l’orchestre !  
Un souvenir avec la flûte, un cours, un concert ?
Il y en a forcément des tonnes, le choix est cornélien ! Je pense forcément au stage d’été sur le bord du Leman à Evian et les concerts à la Grange au lac, notamment le solo dans Danzon n°2 de Gustavo Duhamel ! Un concert mémorable qui me revient de suite en tête fut celui sur le thème du bestiaire, il se déroulait dans un musée et la programmation était pensée en écho à une exposition sur des photographies reprenant le thème des fables de Jean de la Fontaine ! 
Je pense aussi aux multiples masterclass auxquelles j’ai eu la chance de participer, celle de Sophie Dufeutrelle notamment ! 
Qu’est ce que tu écoutes comme musiques, des compositeurs, enregistrements ou oeuvres dont tu veux nous parler ?

J’ai des gouts assez éclectiques, allant de l’électro turque (Altin Gün par exemple) en passant par les grands standards de jazz, ou encore du jazz plus contemporain (Avishaï Cohen notamment) même si la musique classique prend forcément une grande place. J’ai dernièrement beaucoup écouté Malher, la 2ème symphonie dans la basilique Saint Denis reste l’un de mes meilleurs souvenirs de spectateur : les couleurs de cette pièce sont vraiment toujours sur le fil entre un grand bonheur et une grande tristesse, ce spleen est d’une profonde émotion ! Et Malher est également un des compositeurs que j’interprète pour mon CEM.  

Comment vois-tu la suite après ton CEM ?

Pourquoi pas débuter le traverso ?  et continuer la musique de chambre assurément ! 

Une perspective vers le merveilleux répertoire de la musique baroque, excellent ! Soisic, c’est un plaisir que de faire plus connaissance avec toi. Je te souhaite un magnifique succès avec ce récital CEM et tout le meilleur pour la suite, autant dans ton activé professionnelle que musicale!

 Paris, Mai 2023

Et rendez-vous le 10 juin à 15h30 au Conservatoire du Centre – W.A Mozart pour venir vous applaudir!

1 commentaire pour “PORTRAIT : Quand la flûte chante, rencontre avec Soisic Adam”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.